Clapet coupe-feu

Sommaire

Tout conduit d'air peut devenir un accélérateur de propagation des fumées et des gaz d'incendie. Tout comme un tuyau de tirage accélère le feu ou un conduit de cheminée évacue les émissions de chaleur et de pollution, un conduit de climatisation, d'aération ou de ventilation peut devenir un danger en attisant le feu ou en propageant dans des locaux des gaz et des fumées toxiques. Un clapet coupe-feu a pour fonction de limiter la propagation de l'incendie. Comment fonctionne-t-il ? C'est ce à quoi nous répondons dans cet article !

Clapet coupe-feu : propriétés

Semblable dans son fonctionnement à une porte coupe-feu, le clapet coupe-feu est un dispositif d'obturation automatique destiné à limiter la vitesse de propagation d'un incendie.

Alors qu'une porte coupe-feu est placée dans un accès, le clapet coupe-feu est positionné sur un conduit d'aération, de climatisation, de ventilation ou d'aération.

Le rôle d'un clapet coupe-feu est de rester ouvert en position normale afin de laisser l'air circuler dans le conduit et de se fermer en cas d'incendie. Ceci dans le but d'éviter les appels d'air qui attiseraient le feu et d'empêcher la propagation dans le conduit des émissions polluantes ou toxiques.

Bon à savoir : il ne faut pas confondre le clapet coupe-feu qui se ferme en cas d'incendie avec le volet de désenfumage qui fonctionne, à l'inverse, en s'ouvrant en cas de feu afin d'évacuer fumées et gaz.

Les caractéristiques d'un clapet coupe-feu

Il existe trois principales formes pour un clapet coupe-feu, dépendant de celle de la conduite aéraulique qu'il équipe : circulaire, carré, ou rectangulaire. Ils sont disponibles dans de nombreuses dimensions afin de s'adapter au diamètre de la conduite.

Le clapet coupe-feu est fait pour être placé dans ou contre la paroi qui sépare les pièces ou dans une zone compartimentée d'un bâtiment.

Il existe deux modes de fermeture automatique d'un clapet coupe-feu :

  • La fermeture thermique. Un fusible thermique situé sur le clapet déclenche automatiquement la fermeture du volet d'obturation dès que la température de l'air dans le conduit dépasse une certaine température (70 °C en général).
  • La fermeture centralisée. Le clapet coupe-feu est connecté et commandé par la centrale incendie du bâtiment. En position « ouvert »,  le clapet se ferme dès que la centrale incendie demande sa fermeture grâce à la commande électrique de la bobine de commande du volet d'obturation.

Bon à savoir : un clapet coupe-feu (CCF) raccordé à une Centrale de Mise en Sécurité Incendie (CMSI) doit en permanence pouvoir indiquer à la centrale sa position « ouvert » ou « fermé » en fonction de l'alimentation ou non de la bobine électrique déclenchant la fermeture du volet d'obturation.

Performances et réglages

Selon la réglementation, le seuil de déclenchement de la fermeture automatique du volet d'obturation se situe à 70°C au maximum. Mais selon la résistance au feu des matériaux de la paroi, on doit pouvoir parfois ajuster le seuil de déclenchement automatique en dessous des 70°C réglementaires.

Sur les clapets coupe-feu reliés à une centrale de mise en sécurité incendie, la position du volet d'obturation est transmise à la centrale. Il est donc utile d'avoir un dispositif de réarmement à distance afin d'ouvrir un clapet qui a été fermé lors d'un exercice et/ou d'un essai obligatoire de fonctionnement.

Réglementation et maintenance des clapets coupe-feu

Réglementation des clapets coupe-feu

La pose de clapets coupe-feu sur les gaines et conduits d'aération et de ventilation est obligatoire dans tous les ERP (Établissements Recevant du Public) selon un arrêté du 25 juin 1980 portant approbation des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP).

La pose doit être effectuée soit au droit des parois traversées par le conduit, soit au droit de la paroi coupe-feu. Le seuil de résistance au feu du clapet doit respecter le degré de résistance des matériaux de cette paroi (compartimentage, isolement, locaux à risques et locaux à sommeil).

Les clapets coupe-feu doivent répondre obligatoirement à la norme NF S 61-937  (Arrêté du 22 novembre 2004 - art. Annexe, v. init.).

Bon à savoir : depuis le 13 mars 2019 (entrée en vigueur du décret n° 2019-184 du 11 mars 2019 d’application de la loi ESSOC n° 2018-727 du 10 août 2018), tout maître d'ouvrage est autorisé à déroger à certaines règles de construction et à mettre en œuvre une solution d'effet équivalent, sous réserve qu'il apporte la preuve que cette solution parvient à des résultats équivalents à ceux découlant de l'application des règles de droit commun et que les moyens mis en œuvre présentent un caractère innovant. Parmi les règles auxquelles il est permis de déroger dans ces conditions, on trouve les règles relatives à la résistance au feu et au désenfumage des bâtiments d'habitation et des établissements destinés à recevoir des travailleurs.

Maintenance d'un clapet coupe-feu

Tous les conduits de fumée, cheminées et appareils placés sur l'évacuation ou l'aération doivent être ramonés et nettoyés au minimum une fois par an et une vérification périodique de leur fonctionnement doit être effectuée chaque année.

La maintenance des clapets coupe-feu fait l'objet d'un contrat de maintenance comme pour les portes coupe-feu. Elle repose sur :

  • Le contrôle extérieur. Il s'agit de constater l'accès, l'emplacement, l'état (corrosion et saleté) et les dommages éventuels (câblage) sans démontage.
  • Le contrôle intérieur. Il consiste au démontage, à la vérification et au contrôle du fonctionnement (fermeture et ouverture du clapet, propreté, état de l'étanchéité à la fumée froide, état du joint thermo-extensible...).
  • Un test de fonctionnement en situation d'arrêt de la ventilation et de déclenchement par la centrale.

Ces pros peuvent vous aider